[Parution] LAger céleste, de Katia Bouchoueva

Et petit à petit redevenons
homard et thon,
de la Mer Noire – saumon –
picore les petits sablés / les petits soviets au sucre de la marée – petits tristes –
vous êtes, nous sommes, redevenons. Mais qui rallume la chanson ?
Qui l’enregistre ?
Suite de poèmes vocalisés par une ballerine voyageuse, Alger céleste trace une cartographie intime entre est et ouest, sud et nord, air et terre, Russie et Algérie, personnages de contes et héros nationaux, qui serait la délimitation d’un territoire reçu dans l’enfance puis réinventé par les mots. Ce qu’ils contiennent de distances et de rapprochements, de jeux et d’étrangeté, Katia Bouchoueva, poète et slameuse, sait parfaitement le faire entendre et résonner.